à propos d’Anna

Née en 1978, j’enseigne la littérature anglaise en (hypo)khâgne. Dans des essais souvent inspirés par ma pratique de l’improvisation dansée et par ce qui se dit – ou pas – en classe, je fais dialoguer des extraits de classiques littéraires avec le monde qui nous entoure. Conçus comme des poupées russes, ces essais sont à la fois graves et ludiques, aussi travaillés qu’une dissertation d’agrégation et aussi espiègles qu’un morceau de musique klezmer. De temps à autre, je délaisse le discours critique pour écrire directement en mode poétique et faire entendre des voix différentes. Dans les carnets d’Alice, on trouve les monologues imaginaires d’une petite fille de cinq ans.

La polyphonie, l’interactivité de la littérature, la performativité, la réflexivité, la mémoire, la joie, les imaginaires mondialisés, l’enfance et la transmission font partie des thèmes qui m’intéressent et que mes textes « incarnent » plus qu’ils ne les théorisent. J’aime bien comprendre comment se (dé)construit l’autorité, et je distingue la déconstruction de la démolition. Je signe du nom de mon arrière-grand-mère, née à Odessa.

Je préfère les questions aux réponses. Et il m’arrive de chanter Shakespeare sur des morceaux de hip-hop.

 

©AnnaBlank

carnet.annablank@gmail.com

Sur twitter

quelques amis